Nancy Huston

  • Après le début du mouvement #Moiaussi (#MeToo), assistons-nous à une deuxième révolution sexuelle ? Peut-être est-ce le cas. La revue L'Inconvénient plonge et pose cette question dans son numéro d'automne où un dossier est consacré à ce que cette prise de conscience et de parole change (ou pas). Précarité du mouvement, plaidoyer pour la nuance des stéréotypes de genre, malaise, les collaborateurs et collaboratrices multiplient les angles d'approche afin d'approfondir la réflexion sur ces enjeux nécessaires. Ensuite, dans la rubrique « Peinture », découvrez le travail de Manuel Mathieu. Puis, David Dorais aborde Entrez dans la danse dans la rubrique « Ces livres dont on dit du bien ». Georges Privet, lui, s'attarde à ce que la série de films The Purge dit de l'évolution de l'Amérique dans la dernière décennie. Enfin, lisez également la deuxième partie de l'essai de Stanley Péan sur le jazz et la condition noire.

  • Ce petit livre - dont le titre provient de la sagesse traditionnelle bantoue - rassemble dix-huit textes de Nancy Huston, écrits pour la plupart au printemps 2020, alors que la pandémie de la COVID-19 se répand dans le monde entier. D'abord paralysée par la situation de confinement aussi contraignante qu'inattendue, et retenue indéfiniment hors de Paris, l'auteure voit en quelque sorte son esprit se mettre en berne, redoutant que sa plume ne se voie confinée elle aussi. Mais rapidement le souffle de la vie reprend, et celui de l'écriture remonte haut et fort. Fusent alors sous sa plume des textes qu'elle enverra au Devoir, à Châtelaine, à Libération, à Reporterre... Cet ensemble d'observations fines et d'analyses percutantes, souvent livrées sur le ton intime du journal personnel, finissent par constituer un seul et même « SOS terre » qui entre en résonance ou en dialogue avec les lavis réalisés par Edmund Alleyn dans les dernières années de sa vie.

empty