Presses de l'Université Laval

  • L'insubordination constitue la principale cause de sanction disciplinaire chez les enseignants. Elle touche à plusieurs types de comportements considérés inacceptables dans leur milieu de travail, notamment lorsqu'un enseignant transgresse une règle institutionnelle, lorsqu'il ne respecte pas la directive de la direction scolaire ou lorsqu'il a un comportement outrancier. Dans cet ouvrage, nous discutons 24 décisions judiciaires concernant l'insubordination. L'étude de ces décisions permet de plonger dans la pratique quotidienne des enseignants, de connaître leurs responsabilités quant à la gestion de classe et au choix de l'approche pédagogique. L'analyse de ces décisions révèle clairement les limites de l'autonomie professionnelle des enseignants. Ce livre s'inscrit dans une perspective d'éthique professionnelle. Il s'adresse aux enseignants, aux directions scolaires, aux commissaires d'école, aux directions de commissions scolaires, aux syndicats de l'enseignement et à tous ceux et celles qui s'intéressent aux pratiques et aux conditions de travail des enseignants.

  • Comment enseigner dans un milieu multiethnique ? Comment les enseignants s'adaptent-ils et modifient-ils leurs pratiques dans un tel contexte ? Comment peuvent-ils soutenir les élèves immigrants intégrés dans une classe ordinaire au primaire dans la langue d'enseignement et dans les matières scolaires, tout en tenant compte de l'ensemble de la classe ? Cet ouvrage vient éclairer le travail enseignant dans un contexte pédagogique multiple et complexe. À partir d'observations de classes et d'entrevues avec des acteurs en jeu pour documenter les pratiques de soutien en contexte réel de classe et pour comprendre les raisons des enseignants à l'égard du soutien et le point de vue des élèves, l'auteure met en relief le sens de la pratique enseignante de soutien qui se coconstruit dans les interactions entre l'enseignant et l'élève, selon leurs apports mutuels et les facteurs de la classe.

  • Même si cela fait plus de cent ans que la question du transfert des apprentissages est au coeur même des préoccupations recensées dans les ouvrages de psychologie et d'éducation, plusieurs questions demeurent encore aujourd'hui d'actualité : Comment définir le transfert ? Comment le situer par rapport à l'apprentissage et à d'autres concepts proches ? Quels sont les facteurs qui le déterminent ou le suscitent ? Quels dispositifs pédagogiques favorisent l'apparition de ce processus ???Trois approches complémentaires ont été adoptées dans les dix chapitres de cet ouvrage pour traiter de la question du transfert des apprentissages. La première cherche avant tout à mieux connaître la nature du processus de transfert et les facteurs qui l'affectent. La deuxième privilégie la discussion de propositions pédagogiques, inspirées des travaux récents sur le transfert et leur mise à l'épreuve empirique. Enfin, dans une troisième approche, les auteurs ont choisi d'établir des points de jonction entre la littérature sur le transfert et celle relative aux savoirs professionnels des enseignants ainsi qu'à la pratique réflexive, gageant par là que cet exercice intellectuel permettra d'ouvrir de nouvelles avenues de recherche et de questionnement.??Destiné avant tout aux chercheurs et aux étudiants des cycles supérieurs préoccupés par l'apprentissage et l'enseignement, cet ouvrage saura en outre alimenter les interventions de formateurs, qu'il s'agisse de conseillers pédagogiques, de professeurs ou d'enseignants.??

  • Alors que, pendant longtemps, écriture et lecture ont été associées à des activités scolaires, les recherches sur les pratiques sociales de l'écrit montrent que ces pratiques soutiennent souvent l'apprentissage expérientiel, l'apprentissage dans la vie de tous les jours ou l'apprentissage informel, qu'il soit fait au travail ou ailleurs. Compte tenu de l'importance accordée, dans la perspective contemporaine à l'apprentissage tout au long de la vie, à l'apprentissage réalisé à l'âge adulte et à la reconnaissance des acquis et des compétences développées en dehors de programmes scolaires, il parait fructueux de retracer la présence de l'écrit dans la vie quotidienne des adultes et des jeunes adultes pour mieux appréhender l'apprentissage qu'ils y font ou pourraient y faire. Cette attention est d'autant plus importante quand il s'agit de mieux comprendre l'apprentissage informel des jeunes adultes et des adultes n'ayant pas de diplôme d'études secondaire qui ont, moins que les autres, accès aux activités de formation les plus structurées offertes par les établissements d'enseignement ou les entreprises.
    À partir des deux groupes de travaux de recherche, le premier sur les pratiques sociales de l'écrit, le deuxième sur l'apprentissage expérientiel, informel, au travail ou dans la vie de tous les jours, cet ouvrage permet de mieux comprendre le rôle que joue l'écrit dans l'apprentissage hors de l'école et à l'âge adulte de personnes qui sont souvent sans premier diplôme du secondaire.

  • C'est afin d'interroger les pratiques d'éducation artistique, d'examiner les savoirs émergents et d'en exposer des fondements laissant entrevoir les perspectives d'avenir de la recherche que le livre Réfléchir à la formation artistique a pris forme. Il réunit pour la première fois dans un même ouvrage vingt-cinq chercheurs engagés à former les futurs enseignants spécialistes en art dramatique/théâtre, en arts visuels/arts plastiques, en danse et en musique et ce, dans sept universités et collèges francophones du Québec et de l'Ontario.

    S'adressant à toute personne qui s'intéresse à la formation artistique en milieu scolaire et en contexte postsecondaire, il présente un ensemble de réflexions en trois parties. La première se centre sur la réflexion émergeant de savoirs. La deuxième approfondit la réflexion sur des problématiques et des fondements en éducation artistique tandis que la troisième fait part d'une réflexion au sujet de programmes et de cours dans ce domaine.

  • Depuis plusieurs décennies, les parcours scolaires, d'insertion professionnelle et de vie tendent à se complexifier, si bien que la question de l'orientation des jeunes devient saillante et soulève des défis inédits. Les « choix » d'orientation résultent en effet d'une articulation complexe, parfois contrastée, entre influences contextuelles et questionnements d'ordre individuel. D'emblée, tant les institutions scolaires que le marché du travail cadrent et canalisent la manière dont les jeunes se développent et font leurs choix de carrière. En même temps, ces choix émanent de leurs représentations et anticipations de soi, autrement dit de la manière dont les jeunes construisent, ou tentent de construire, leur identité. Les contributions du présent ouvrage, divisé en deux parties, décortiquent cette tension entre influences contextuelles et agir individuel. Il est ainsi possible de mieux saisir plusieurs des enjeux, des processus et des moments clés qui marquent l'orientation et les parcours des jeunes. Dans la première partie, il est question des parcours scolaires, c'est-à-dire du cheminement et des choix des jeunes à l'intérieur même et à différents paliers du système éducatif. La deuxième partie est ensuite consacrée au passage du monde scolaire au monde du travail - assimilé parfois au monde adulte - c'est-à-dire à leurs parcours d'insertion socioprofessionnelle.

  • Les transformations du marché du travail et de l'organisation du travail observées depuis maintenant quelques décennies ont eu des impacts sur les parcours professionnels et de vie de nombreux travailleurs et travailleuses. Si ces transformations sont relativement bien connues dans leurs aspects plus généraux (p. ex. économiques, sociaux), les façons dont elles s'incarnent plus précisément dans les milieux professionnels et les conséquences concrètes qu'elles ont sur la vie de travail des personnes, et sur les personnes elles-mêmes, suscitent encore beaucoup de questions. De même, les défis que posent ces transformations aux travailleurs dans la gestion de leurs transitions et, plus globalement, de leur parcours de vie professionnelle et de leurs rôles de vie ainsi que les nombreux enjeux professionnels et personnels auxquels elles donnent lieu, soulèvent tout autant d'interrogations.

  • Dans cet ouvrage l'idée d'accompagnement est utilisée comme notion générale. Elle recouvre tout autant les pratiques en contexte de relation d'aide que celles déployées dans plusieurs démarches de recherche-action. De nombreux dispositifs éducatifs et autres formes d'interventions d'accompagnement clinique et psychosocial ont vu le jour ces dernières années pour aider les personnes, les groupes et les organisations à faire face aux exigences élevées du monde du travail et de la vie active dans nos sociétés en constante mutation. L'étude de cette pratique occupe dès lors une place grandissante dans la programmation scientifique du CRIEVAT. Ce troisième tome regroupe les réflexions de chercheurs qui ont tenté de mieux comprendre la complexité de cette posture d'intervention en l'abordant sous ses aspects théoriques et pragmatiques. Les sept chapitres sont répartis selon les trois thèmes suivants: 1. aspects épistémologiques et méthodologiques de l'accompagnement au regard des problématiques contemporaines d'orientation et d'intégration professionnelle; 2. récits d'itinéraires en recherche et accompagnement; 3. dispositifs et outils d'accompagnement.

  • L'acte de philosopher peut prendre différentes formes selon le contexte et les gens qui s'y adonnent. Le présent ouvrage porte plus particulièrement sur la pratique du dialogue philosophique en milieu scolaire, principalement avec des adolescents. C'est un ouvrage théorique proposant des réflexions sur l'importance de pratiquer la philosophie avec les jeunes, sur les préconceptions liées à cette pratique, sur l'expérience vécue par les jeunes et sur le rôle de l'animateur. C'est aussi un ouvrage éminemment pratique qui propose un programme de formation centré sur le développement d'habiletés intellectuelles ainsi que des outils pédagogiques concrets associés aux réflexions amorcées. Ainsi, les auteurs nous font part de plusieurs expériences, exemples, tableaux ou grilles pouvant aider les personnes soucieuses d'offrir à la jeunesse la possibilité de penser de façon critique, autonome et rigoureuse. En ce sens, ce livre est un dialogue entre philosophie et pédagogie, entre théories et pratiques.

  • « L'utopie est à l'horizon. Je fais deux pas en avant, elle s'éloigne de deux pas. Je fais dix pas de plus, elle s'éloigne de dix pas. Aussi loin que je puisse marcher, je ne l'atteindrai jamais. Alors à quoi sert l'utopie ? A faire avancer. »
    Eduardo Galeano

    C'est sans doute pour cette raison qu'Antoine Baby s'amuse à distiller un certain nombre d'utopies en éducation, dans l'espoir de faire avancer le monde scolaire dans le sens de l'émancipation des plus démunis.

    De toutes ces utopies, celle qui consiste à faire partager par tous les citoyens et toutes les citoyennes de toutes conditions sociales, le goût d'apprendre tout au long de la vie, n'est pas la moindre.

  • Les interventions en dépendance auprès des adolescentes et adolescents dépendants ou à risque de le devenir sont de plus en plus nombreuses et diversifiées. Que ce soit pour de la prévention, de l'intervention ciblée ou de la réadaptation, les intervenants, les gestionnaires et les chercheurs de plusieurs régions mettent en place de nouvelles pratiques pour favoriser la motivation à adopter des habitudes de vie plus saines. Le présent ouvrage collectif se veut un reflet de la diversité de ces pratiques prometteuses adaptées aux nombreux besoins de cette jeune clientèle et de l'engagement des acteurs de l'intervention auprès des adolescentes et adolescents dépendants ou à risque de le devenir. Il saura sans doute inspirer d'autres intervenants, gestionnaires et chercheurs dans leur quête d'améliorer les services en dépendance pour les jeunes, tant pas la mise en place de pratiques prometteuses que par leurs recherches.

  • Les cultures juvéniles nourrissent bien des fantasmes de part et d'autre de l'Atlantique : générations connectées, mondialisées, délaissant la culture classique... Cet ouvrage propose de passer au crible les mutations des cultures juvéniles en France et au Québec en invitant au dialogue des chercheurs de différentes générations, s'inspirant de traditions intellectuelles variées et présentant des recherches récentes. Quelles sont les transformations à l'oeuvre et de quels modèles explicatifs avons-nous besoin pour rendre compte de leurs multiples dimensions ? Quels sont les points de convergence et de divergence entre les diverses approches envisageables ? Ce dialogue restitue la forte dynamique de la rencontre entre jeune(s) et culture(s) et trace des pistes de réflexion prospective.

  • Ce n'est pas facile d'entrer dans le milieu éducatif, de nous sentir bien, à la hauteur, d'avoir assez confiance en nous pour croire en notre bon travail et d'arriver enfin à y trouver notre place tout en restant fidèles à nos convictions, nos valeurs et nos intérêts personnels.
    L'idée d'écrire un livre sur l'enseignement m'est venue pendant ma deuxième année de travail dans le milieu. A ce moment, j'étais certaine de ne pas être seule dans mon monde de remise en question. Je savais aussi que mes désirs, mes questionnements, mes frustrations et mes déceptions ne venaient probablement pas seulement de moi ou de mes débuts dans cette carrière.
    L'éducation est un sujet qui concerne tout le monde. Si les enseignants croient en leurs idées, ils doivent les partager afin de sensibiliser les gens au défi à relever tout en acceptant de recevoir des critiques. Ainsi, le débat sur l'éducation sera à l'avantage de nos enfants.

  • La psychoéducation se démarque par sa capacité d'analyse afin de comprendre les difficultés d'adaptation des jeunes personnes et d'intervenir dans un large éventail de contextes. L'opération évaluation y occupe une place centrale. C'est un acte professionnel d'une grande importance puisqu'elle est directement concernée par cinq des sept activités réservées (PL 21) dans l'exercice de cette profession.

    Inspiré des lignes directrices de l'Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec, cet ouvrage propose une réflexion pragmatique en trois volets : un rappel des connaissances théoriques (savoir), une méthode d'analyse pour l'évaluation des capacités adaptatives et des habiletés fonctionnelles de la personne (savoir-faire) et un regard sur la qualité du lien et les enjeux relationnels entre le professionnel et la personne évaluée (savoir-être). Des illustrations pratiques accompagnent le contenu et des repères pour la rédaction du rapport sont également suggérés.

    Cet ouvrage a été conçu en suivant la démarche et les questionnements de tout professionnel en exercice ou en formation.

  • Pour plusieurs, l'éducation devrait être la priorité de la société. Très bien, alors, à l'intérieur du système d'éducation, quel savoir faut-il prioriser ?
    Comme on le voit dans les milieux de pointe - en électronique, informatique, robotique, nanotechnologie -, les savoir-faire seront bientôt appris dans les laboratoires des entreprises ou dans des laboratoires universitaires subventionnés en partie par des entreprises privées. Or, la technologie a beau changer, la nécessité d'interpréter le monde ne cesse pas pour autant. Aussi, pour décoder notre environnement mondialisé et être en mesure d'y évoluer avec maturité et confiance, la jeunesse devra, en plus de maîtriser d'autres langues et d'avoir développé une pensée critique, posséder une perspective historique, des grilles d'analyse sociopolitique, des repères interculturels, un certain bagage philosophique, autant de savoirs reflétant une acquisition vaste et profonde de culture générale.
    Dans cet ouvrage, l'auteur fait état de recherches qui portent sur le rehaussement de la culture générale des jeunes lors de leur passage au cégep. C'est durant cette période qu'ils atteignent une maturation intellectuelle qui favoriserait à la fois l'approfondissement de leur culture générale et l'intégration de sa fonction critique dans leur vie.

  • Dès la deuxième année du premier cycle, le programme scolaire québécois accorde une place importante à l'apprentissage des accords grammaticaux. Traditionnellement, ces accords font l'objet d'un enseignement reposant essentiellement sur la mémorisation de règles et de listes de verbes. Or, les données de la recherche sont probantes : la sensibilité à la structure morphologique des mots joue rapidement un rôle dans la mise en place de l'orthographe lexicale et grammaticale dans les premières années de scolarisation.

    Pour amener les élèves à développer leur conscience morphologique, nous avons élaboré un didacticiel et quatre modules d'activités, que nous unifions sous la forme d'une aventure ludique au cours de laquelle les élèves se porteront à la défense de l'environnement tout en apprenant à faire les accords grammaticaux dans les mots.

    Les enseignantes et les enseignants trouveront dans chaque module les activités et de nombreuses illustrations favorisant l'animation de la classe et l'apprentissage des élèves. Ce matériel peut facilement être adapté par les orthophonistes et les orthopédagogues dans leurs interventions individuelles ou avec de petits groupes de jeunes vivant des difficultés d'apprentissage.

    Bonne morpho-aventure !

  • Les bandes dessinées, chansons, films, jeux vidéos, musées, reconstitutions, romans, séries télévisées et voyages occupent de plus en plus de place dans la vie des élèves. Comment exploiter en classe ces biens, loisirs et services culturels d'histoire pour que les élèves posent de mieux en mieux certains actes mentaux que les historiennes et historiens doivent effectuer lorsqu'elles et ils adoptent leur pratique ? Pour répondre à cette question, les auteures et auteurs de cet ouvrage explorent les usages scolaires possibles et souhaitables des produits qui ne sont pas associés à l'histoire savante et sur l'exploitation didactique de ce que la Loi québécoise sur les biens culturels désigne comme «?une oeuvre d'art, un bien historique, un monument ou un site historique, [...] une oeuvre cinématographique, audiovisuelle, photographique, radiophonique ou télévisuelle?». Les auteures et auteurs s'intéressent à des oeuvres qui ne sont pas créées pour l'école, mais qui peuvent néanmoins servir aux enseignantes et enseignants pour faire apprendre l'histoire aux élèves.

  • Cet ouvrage aborde la thématique « habiter », qui est inhérente à la définition même de l'identité, par des questions relatives à l'espace et au temps, au territoire et à l'appartenance, à l'ancrage et à la mobilité. Dans cette exploration, l'éducation artistique est vue comme un vaste territoire constitué de lieux multiples où s'entrecroisent, se juxtaposent, s'opposent ou s'allient ceux de l'art et ceux de l'éducation, un territoire où le paysage est modelé par la présence et la sensibilité des personnes qui le traversent ou s'y installent.

  • Comme êtres humains, nous consommons tous les jours. Cela va de soi. Nous pouvons cependant examiner les finalités de la consommation, les manières de consommer et les enjeux de la consommation. Les sociologues qui s'intéressent à ces questions analysent la consommation depuis longtemps. Et ils le font de façon très précise depuis la naissance de la société de consommation de masse jusqu'à l'hyperconsommation d'aujourd'hui. Ces questions interpellent aussi le monde de l'éducation sous l'angle de l'éducation à la consommation. D'ailleurs, l'éducation à la consommation à l'école et dans les associations de protection des consommateurs ou de protection de l'environnement a une histoire assez longue. Mais on peut dire qu'elle est peu mise en relief dans le monde francophone et même qu'elle est parfois délaissée ou passée sous silence. Dans ce livre, les contributions de spécialistes internationaux vont de la réflexion philosophique à des études scientifiques, et comprennent des réflexions sur la citoyenneté et l'environnement. Elles permettent ainsi de faire le point sur les grandes orientations à considérer pour faire de l'éducation à la consommation en classe, ainsi que sur des approches et des expériences de formation qui la soutiennent auprès de publics diversifiés.

  • Pour recruter leur personnel enseignant, les directions des commissions scolaires sont à l'affût de candidats bien formés qui possèdent les qualités humaines et intellectuelles associées à la mission éducative. L'entrevue devient alors le moment de faire la preuve que vous êtes bien le candidat recherché. Mais comment se préparer à l'entrevue en éducation ?



    Ce guide présente les principales questions posées en entrevue et les regroupe en fonction des 12 compétences professionnelles attendues par le ministère de l'Education, du Loisir et du Sport.



    Cet ouvrage est aussi le fruit d'expériences multiples qui évoquent la vocation, la fonction ou la profession d'enseignant. Il apportera beaucoup de lumière à ceux et celles qui, venus d'ailleurs, souhaitent connaître les structures de l'école québécoise.

  • Dans notre société de plus en plus diversifiée, la laïcité apparaît comme un projet fondamental qui vise à permettre à chacun d'exprimer ses différences et de cohabiter pacifiquement dans l'espace public. Toutefois, le thème des signes religieux ostensibles chez les agents de l'État soulève de vifs débats. Ces signes doivent-ils être interdits ? Les enseignants devraient-ils laisser à la maison toutes marques d'appartenance religieuse ? Devraient-ils taire leurs convictions religieuses, politiques ou philosophiques ? Les auteurs invités à collaborer à ce livre présentent ici, dans une langue accessible, des positions divergentes, mais éclairantes, sur ces questions.

  • Cet ouvrage s'intéresse à un enjeu souvent ignoré ou du moins de plus en plus minoré au sein des facultés et départements d'éducation au Québec, mais aussi par le ministère de l'Education : la place et le rôle des sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie, politique, démographie, économie, etc.) et des traditions culturelles, philosophiques et critiques dans les programmes de formation à l'enseignement. La question qui nous préoccupe est la suivante : peut-on en 2015 former des professionnels de l'enseignement en faisant abstraction de ces disciplines et traditions intellectuelles? Cette question mérite d'être justement soulevée, car on assiste au fil des décennies, comme nous le montrerons dans divers chapitres de ce livre, à une réduction systématique de ces disciplines et traditions intellectuelles au profit d'une vision de plus en plus étroitement technique de la formation des futurs enseignants.

  • La rédaction scientifique est l'entreprise la plus intimidante, décourageante et anxiogène de l'expérience universitaire. Lorsque vient le temps d'écrire, tout devient plus intéressant : les courriels - même les plus insignifiants pourriels -, les appels que l'on retarde depuis toujours, le ménage et même le changement de litière du chat. Comment peut-on arriver à écrire alors? Et, surtout, comment peut-on arriver à le faire sans que la rédaction projette constamment cette aura de torture ou de pire corvée du monde? Peut-on arrêter de se soumettre à contrecoeur aux activités de rédaction et simplement retrouver l'envie d'écrire? Voilà les questions abordées dans cet ouvrage. Ce livre s'adresse aux étudiants universitaires des cycles supérieurs qui rédigent ou auront à rédiger une thèse, un mémoire ou un essai. Il propose des stratégies pour écrire de façon régulière et se garder motivé. Ecrit dans un style coloré, humoristique et qui ne trébuche pas dans les fleurs d'aucun tapis, il aspire à donner le goût (et le temps!) aux étudiants d'écrire plus et d'écrire mieux.

  • Au commencement était le roman de Charlotte Brontë, The Professor. Se peut-il que, dans un livre si ancien, nous puissions déchiffrer le sens et la fonction de la pratique enseignante contemporaine? Croisement des destins, au-delà du temps et des morts.
    Là résident le mystère et la force d'évocation de la littéra-ture, son caractère prémonitoire, son pouvoir d'actualité. Au terme d'une carrière « enchanteresse» et grâce à une relecture d'une oeuvre de Charlotte Brontë, le professeur à la retraite Réal La Rochelle renouvelle sa passion des livres et de l'enseignement. En se remémorant les lieux, l'enthousiasme de la jeunesse, le bouillonnement de la vie intellectuelle, l'auteur reconnaît sa chance. À la fin, dans une sorte de mémorial, il exprime sa gratitude en recopiant les noms de tous ses étudiants.

empty